Bretagne et mégalithes

Les Cahiers de l'Âne • 01/08/2016


Bretagne et mégalithes

À l’initiative de l’Association de l’Âne du Cotentin, une randonnée de deux jours réunissant plusieurs dizaines de personnes s’est déroulée ce printemps sur un site qui mérite beaucoup plus qu’un simple détour : les landes de Cojoux et de Tréal. Classé juste après celui de Carnac, il est l’un des plus importants sites mégalithiques en Europe.

TEXTE & PHOTOS : VALÉRIE THÉVENOT

Nous sommes en Bretagne, à l’intérieur des terres amarrées dans le Pays de Redon. Une bourgade, Saint-Just, veille sur un lieu peu connu et pourtant remarquable : les landes de Cojoux et de Tréal, site mégalithique classé parmi les plus importants en Europe.

La 1ère journée de notre itinéraire sera d’ailleurs consacrée à la découverte de ce haut lieu de l’Histoire de nos peuples avec la traversée du plateau des Landes de Cojoux. Rendez-vous est donné par Sylvie Sita, l’initiatrice du projet, en début d’après-midi à la soixantaine de marcheurs et aux 39 ânes. Certains sont bâtés, d’autres non, le lendemain 14 d’entre eux seront attelés, et une poignée seront montés. Un grand nombre d’adhérents de l’association de race se retrouvent, parfois accompagnés d’amis, ainsi que des membres de l’association Morbih’âne. Citons parmi eux la famille Debray, Yvette, Nicole, Claude et Albert qui habitent la bourgade et qui se sont occupé du balisage et du choix des itinéraires. De toute évidence ces deux journées seront placées sous le signe de la découverte et de la convivialité.

De landes et de pierres

Au programme de l’après-midi, 8,5 kilomètres de sentiers qui empruntent le Circuit du Ruisseau. Entre ombre et lumière, nous marchons en sous-bois sur un sentier encaissé où des pierres plates et parfois glissantes affleurent la surface. Les palis - anciennes clôtures composées de plaques de schiste - les deux pieds fichés dans la terre bordent notre avancée et ressemblent à de petits lutins pétrifiés. L’eau est présente, de petits ponts en bois nous permettent de traverser le ruisseau puis de le retraverser, nous serpentons ainsi dans une végétation en plein essor à cette saison.

Notre route nous conduira au pied d’un relief en haut duquel nous attendent les mégalithes. Nous crapahutons à nouveau sur un sentier sinueux à flanc de roche, marqué par des petites plaques de schiste qui se détachent de leur vaisseau de pierre.

undefined

En haut, les ajoncs en fleurs nous accueillent en leur sein et nous continuons ainsi, en file indienne, pour arriver en contre-haut de l’étang du Val, en bord de falaise. Sous nos yeux, le panorama file à perte de vue et c’est avec surprise que nous découvrons ce relief soudain et chaotique.

undefined

Nous sommes là dans l’œuvre de la Nature, bientôt nous serons sollicités par celle de nos ancêtres lointains. Le lieu connut de multiples incendies au fil du temps, dont le dernier en septembre 2009. Il a été décrété Parc Naturel et le département s’occupe dorénavant de son entretien. Mais ce sont justement les incendies qui ont permis de découvrir au XIXe siècle ces énormes blocs de pierres pour certains tombés au sol et recouverts par la lande. Les traces de leur calage permirent de retrouver leur placement d’origine et ainsi de leur redonner toute leur prestance. Ainsi, les Demoiselles de Cojoux, le Tribunal, les Alignements du Moulin, le tertre de la Croix Madame, la Croix-Saint-Pierre… soit en tout 10 mégalithes, trônent à nouveau sur cette terre si riche en histoires et légendes.

undefined

Et c’est cette terre que nous traversons, les statues de pierre s’élevant majestueusement le long du chemin, d’autres semblant attendre que l’on s’installe parmi elles. Nous aurions envie de connaître un peu plus l’histoire de ce lieu au moment de le traverser, tant les noms évocateurs de ces sépultures nous font entrer dans le monde des fables… Nos pensées se perdent au-dessus des ajoncs dorés, pendant que nos pas - qui ont les pieds bien sur terre - nous redescendent vers le bercail. Nous nous retrouvons tous devant le gîte communal de Saint-Just, après avoir mis les ânes dans le grand pré du gîte et leur avoir donné un bon foin prévu à cette occasion. Un pot de l’amitié est dressé, le maire du village et son premier adjoint nous ont rejoints fort sympathiquement, notre ami ânier et réunionnais Augustin Sita s’est occupé de la boisson apéritive… je vous laisse deviner… quelques danses spontanées - nous sommes en Bretagne, que Diable, et en Bretagne toutes les occasions sont bonnes pour danser et chanter ! - avant d’aller dîner tous ensemble au restaurant du village, puis se reposer !

Forêts et pâtures

Le lendemain connaîtra un autre rythme. Cette fois-ci nous accueillons 14 attelages en simple et 21 ânes bâtés, soit un peu moins de marcheurs que la veille. L’itinéraire se dirige au départ vers la commune de Rénac et couvre 18 km en tout. Nous empruntons des chemins communaux et de grandes allées forestières sur les tracés des circuits équestres d’Équibreizh. Plus bucolique, nous longeons des pâtures dans un relief légèrement vallonné, traversons de hautes pinèdes avant de faire une pause du midi en plein cœur du massif forestier, à la Fontaine Bivaud située sur la commune de Langon.

Durant notre pique-nique comme tout moment de pause, de nouveau nos âniers entonnent des chants bretons, esquissent quelques pas de danse et la grivoiserie s’invite tranquillement. Sieste pour certains, discussions pour d’autres, repos pour nos amis aux longues oreilles… il est temps maintenant de ranger notre bivouac éphémère, d’atteler les voitures type sulky et de bâter les ânes pour continuer à découvrir ce parcours. Notre randonnée est ce que l’on appelle « en marguerite », autrement dit nous revenons chaque soir à notre point de départ et empruntons chaque jour des boucles différentes autour de Saint-Just, comme les pétales d’une marguerite autour de leur cœur jaune… pour rester dans l’ambiance bucolique.

undefined

Ce petit coin de Bretagne se révèle riche de paysages et d’une nature tantôt domptée, tantôt plus libre, mais toujours avec des notes de couleurs des plus variées. La pierre n’est jamais très loin, il suffit de voir le petit village de Gavrain aux maisons si caractéristiques en schiste avec à nouveau des clôtures de palis pour nous guider. La chaleur est montée au fil de la journée, nos pas se font un peu plus lourds, la halte à la clairière de la Chapelle de Gavrain sera la bienvenue pour nous tous.

Nous reviendrons sur Saint-Just en empruntant une petite route dessinée entre de hauts arbres puis nous plongerons au milieu des pâturages de la vallée pour mieux remonter ensuite vers le village. Certains se demanderont si nous n’avons pas fait plus de 18 km aujourd’hui… c’est fort possible !

Toujours est-il qu’il reste d’autres itinéraires à découvrir ici, d’autres mégalithes également comme l’impressionnante allée couverte de Tréal. Tout est prévu pour recevoir les âniers randonneurs dans les meilleures conditions. Offrez-vous cette bouffée d’oxygène, et découvrez ces lieux aux plus belles lumières de la journée, et aux saisons intermédiaires pour profiter des tonalités printanières et automnales de ces paysages de landes.  ■

EN SAVOIR PLUS

Autres circuits accessibles aux âniers

Sur la commune de Saint-Just, il y a 3 circuits équestres balisés Équibreizh et AACIV pour Association des Amis du Cheval Ille et Vilaine.

1 Le circuit des Landes…………….…15 km
2 Le circuit des bois… …………………14 km
3 Le circuit de Tréal… …………………16 km

Gîte communal d'étape « Le bourg »

Situés dans le bourg, le gîte et les chambres d'étape vous accueillent toute l'année en dortoir ou dans 4 chambres de 3 lits. Ils sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Nos randonneurs ont été très agréablement surpris par cet hébergement entièrement rénové. Un pré peut accueillir vos longues oreilles.
Tarifs 2016, consulter la mairie (à titre indicatif ces tarifs pouvant évoluer, de 18 à 20 € par personne la nuitée).

Contact : Mairie de Saint-Just & 02 99 72 00 46
mairie-saintjust@orange.fr

L’Association Nationale de l’Âne du Cotentin

Créée en 1995, cette association de race compte aujourd’hui 160 adhérents. Depuis 5 années elle organise des randonnées pour ses âniers.
Sylvie Sita, responsable « Utilisation », a organisé celle-ci avec l’aide de ses amis bretons. En général, il est proposé 4 randonnées par an.

Maison Nature & Mégalithes

Pour en savoir un peu plus sur ces ouvrages datant du Néolithique. Expositions, visites guidées, randonnées archéologiques sont également organisées.

10, allée des cerisiers 35550 Saint-Just & 02 99 72 36 53
mnm-cojoux@tourisme-pays-redon.com
www.maison-megalithes-cojoux.fr

Mots clés mégalithes Bretagne