De Fontenay à Vézelay

Les Cahiers de l'Âne • 01/10/2016


De Fontenay à Vézelay

Nous décidons de partir à la découverte d’un nouvel itinéraire en Bourgogne, de l'Abbaye de Fontenay jusqu’à la Basilique de Vézelay, 84 km, 5 jours de marche, 3 ânes de portage et 4 humains.

TEXTE & PHOTOS : MATHIEU BOUCHARD - ÂNIERS EN CHÂTILLONNAIS

undefined

Ce parcours est tout juste homologué par la Fédération Française de Randonnée. Le GR 213A fait la liaison entre le GR 2 au niveau de Chamesson et le GR 13, en traversant le Morvan. Il part de Châtillon-sur-Seine pour rejoindre Montbard puis Vézelay.

Sur les 84 km de sentiers nouvellement ouverts de Fontenay à Vézelay, on découvre les paysages et les patrimoines remarquables de l'Auxois. Le chemin ne présente pas de difficulté particulière, il est accessible à tout public. Seul l'enchaînement des journées de marche nécessite un peu d'endurance physique. Et compte tenu du rythme soutenu de nos animaux, nous décidons de rallier en 5 jours.

undefined

Ce début de printemps nous a offert une météo variable, mais elle n’a jamais contrarié nos projets.

Le portage

undefined

Trois ânesses nous accompagnent : Khala, Alpine et Toubkal la plus expérimentée. Les bâts utilisés sont des bâts traditionnels, bien enveloppant pour qu’ils soient bien stables sur le dos des animaux… même avec des erreurs d’équilibrage ! 30 kg maxi par animal Les sacoches sont en PVC de bâche de camion pour garantir une étanchéité parfaite.

JOUR 1 : Touillon à Montbard : 12,8 km

Notre périple commence au village de Touillon, situé à quelques kilomètres de Fontenay, en Côte d’Or. Il est important de commencer à nous imprégner de la marche et à nous mettre dans une ambiance paisible avant de partir à la découverte de ce haut lieu de la chrétienté occidentale.

Après une approche d'une heure et demie le long du superbe ru de Fontenay et de son vallon, nous arrivons à la porterie de l'Abbaye. Construite dans un écrin de verdure, à l'abri des regards, l'Abbaye se révèle à nous en toute discrétion. Juste le temps de fixer nos ânes au piquet et de manger notre premier casse-croûte, puis nous prenons notre tour pour la visite du « Joyau cistercien » de la Bourgogne du Nord : l’église abbatiale, le dortoir des moines, la forge… et enfin le magnifique cloître roman qui a vu de nombreux tournages de cinéma. Nous passons un moment dans les jardins si reposants.

Il est maintenant l’heure de quitter ce havre de paix, et après avoir rechargé nos animaux et peaufiné les derniers réglages des bâts, nous nous remettons en marche en milieu d'après-midi. Nous poursuivons notre parcours le long de la petite rivière.

À la sortie du vallon, le tracé du GR ne nous permet pas de le suivre avec exactitude. La présence d'une chicane en bois pour traverser un pré, suivi d'un dénivelé rocheux équipé d'une main courante, nous obligent à contourner l'obstacle naturel en prenant sur quelques mètres une petite route. Nous retrouvons ensuite sans difficulté notre balisage et poursuivons jusqu'à Montbard pour rejoindre le camping municipal.

undefined

Ce soir nous dormirons dans un petit chalet équipé simplement mais bien suffisant pour notre escale. Quant à nos ânes, ils sont à portée de vue sur un terrain en friche attenant au camping.

JOUR 2 : Montbard à Fain-lès-Moutiers : 18,5 km

Il est 7h du matin lorsque nous commençons à nous agiter. L'étroitesse du lieu nous oblige à être méthodiques pour rassembler et ranger nos affaires personnelles. Deux amis nous rejoignent, nous serons donc 6 mais attention ! pas plus de 30 kg de charge par animal ! c’était convenu ainsi.
Après avoir remis de l'ordre dans tout le matériel et l’avoir conditionné soigneusement dans les grandes sacoches de portage, nous partons récupérer nos animaux toujours très motivés à brouter de l'herbe fraîche. Brossage, étrillage, vérification des sabots, pose du bât, pose des sacoches et un dernier coup d’œil derrière nous pour ne rien oublier.
La traversée du centre historique de Montbard nous oblige à prendre quelques initiatives. La présence de nombreux passages avec escaliers pentus ne réjouit pas nos animaux qui refusent obstinément de les emprunter. L'importance du dénivelé associé aux reflets du soleil sur la pierre calcaire mouillée ne les engage nullement à tenter l'aventure. Aussi faisons-nous quelques entorses au balisage pour continuer d'avancer.

undefined

Après un arrêt à la superette pour nos provisions, nous entamons notre longue marche le long du canal de Bourgogne pour rejoindre Saint-Rémy. Nous croisons de nombreux vélos mais les ânes ne semblent pas les remarquer. À chaque pause prolongée, nous déchargeons nos ânes, afin de soulager leur dos.

À l'entrée du village de Quincy-le-Vicomte, nous croisons un âne entier particulièrement énervé par notre passage ! La fragile barrière faite de bric et de broc qui le sépare de nos trois ânesses menace de céder. Avec inquiétude et vigilance, nous hâtons le pas pour éviter l'incident.
Nous quittons maintenant le GR pour rejoindre à 2 km de celui-ci, un hébergement à Fain-lès-Moutiers. Petit à petit, nous prenons nos habitudes, d'abord les animaux, décharger, débâter, les déplacer sur leur lieu d'étape, les abreuver puis ranger le matériel. Ce soir, pas de cuisine. Nous avons réservé nos repas. Comme pour tout marcheur au long court, les soirées ne sont jamais bien tardives. Une petite promenade dans le village pour repérer le départ du lendemain et tout le monde se dirige dans sa chambre pour se reposer.

JOUR 3 : Fain-lès-Moutiers à Guillon : 21,5 km

L'heure un peu tardive de notre petit déjeuner nous oblige à inverser notre organisation. Exceptionnellement nos animaux seront bâtés puis chargés une fois nos agapes terminées. Les chemins n'ont pas absorbé les dernières pluies. La terre argileuse colle aux semelles et alourdit nos pas. Cela ne change nullement l'allure de nos ânes qui tournent comme des horlogedepuis que nous sommes partis. Nous arrivons au village d'Epoisses, célèbre pour son fameux fromage et son château flanqué de grosses tours. Nous faisons la halte de mi-journée : ravitaillement auprès des commerces locaux et pique-nique au pied des douves du château avec vue sur le colombier de 3 000 cases. Mais l'heure est venue de se remettre en marche.

undefined

Nous arrachons nos ânes de l'herbe visiblement goûteuse pour les remettre au travail. Les animaux nous ressemblent étrangement ! Il est toujours difficile de les remettre en action après une pause. Une petite quinzaine de minutes de marche sera nécessaire pour reprendre notre régime de croisière. L'arrivée sur Guillon est très agréable. La présence du Serein chahuté par des retenues d'eau artificielles apporte au regard une dimension esthétique incontestable. Le balisage nous invite à emprunter une passerelle. Un rapide coup d’œil pour constater que passer dessus n'est pas envisageable. Le gabarit de nos animaux en charge ne le permet pas. La présence à quelques mètres d'un remarquable pont en pierre nous permet de traverser la rivière.
Après quelques difficultés à localiser notre gîte, nous soulageons nos ânes de leur charge et pendant qu'une partie du groupe organise le lieu de notre étape, nous repartons conduire nos animaux dans un pré.

JOUR 4 : Guillon à Avallon : 28,5 km

Ce matin nous nous sommes levés de bonne heure. Notre étape sera longue, il nous faut avoir du temps disponible pour les pauses et ne pas arriver trop tard à Avallon.
La montée de la montagne de Montfault se fait sur une sente étroite. Les ânes à la queue leu-leu attaquent sans broncher le premier dénivelé de la journée. Ici et là, les sacoches frottent contre la végétation envahissante mais n'empêchent nullement notre progression. Au sommet de la butte, arrosée par le soleil, la brume matinale qui tapisse la vallée nous offre un superbe paysage fantasmagorique. La journée sera calme et ensoleillée.

undefined

Il est 18h lorsque nous traversons Avallon en pleine effervescence. Nous slalomons entre les bus scolaires, les voitures en stationnement en veillant à ne rien abîmer avec nos sacoches saillantes. Les ânes sont imperturbables, complètement indifférents à l'agitation. Nous franchissons la Tour de l'Horloge et entamons un dénivelé de 100 m à travers les vieux faubourgs jusqu'au camping superbement placé en contre-bas de la ville le long du Cousin. Nous avons réservé 2 chalets. En accord avec le gérant du camping, nos ânes sont au piquet sur une bande étroite le long de la rivière.
Le lieu est suffisamment bien fourni en herbe pour permettre à nos animaux de se restaurer jusqu'à satiété. Le soir, l'étape de lendemain est au coeur des conversations. Nous avons été prévenus, l'étape est pleine d'incertitude quant au passage de nos ânes sur le sentier qui serpente le long de la vallée encaissée du Cousin.

JOUR 5 : Avallon à Vézelay : 18,9 km

En moins de 2 heures toutes les affaires sont rangées, les lieux nettoyés, les ânes soignés, bâtés et chargés. Suite aux réflexions de la veille, nous décidons de quitter le tracé du GR et de contourner une partie de la vallée du Serein par les hauts, en passant par les « Petites Châtelaines », puis de poursuivre par le « Bois des quatre coupes » pour ensuite redescendre vers le sentier de la vallée.
Mauvais choix.

undefined

Au bout de quelques centaines de mètres, l'étroitesse du chemin ponctué de chaos rocheux bloque le passage des animaux. Nous sommes dans une impasse, il nous faut sortir de ce goulet et tracer une route au-dessus du plateau. Plutôt que de faire demi-tour, nous décidons d'engager nos animaux chargés sur le coteau abrupt. Deux ouvreurs précèdent la caravane pour repérer le passage des animaux et dégager les obstacles éventuels. La montée est éprouvante pour les ânes et les meneurs. Après une demi-heure d'efforts et de persévérance nous arrivons enfin à Pontaubert.

Éprouvé par la fatigue cumulée et les péripéties de la matinée, le groupe devient fébrile. Les relations se crispent. Le moment est venu de faire une pause casse-croûte pour détendre l'atmosphère et désamorcer la mauvaise humeur.
Puis nous entamons notre dernière ligne droite jusqu'à Vézelay au milieu des vignes. À partir de maintenant, chaque virage est important, nous attendons de voir la colline éternelle se présenter à nous. Nos ânesses sont parfaites, elles conservent un rythme régulier et ne se dispersent pas.

Ça y est, elle est là, au lieu-dit « Belle Face ». Immuable depuis la nuit des temps, sa vision relance le rythme du groupe.

undefined

Nous traversons Asquins, le dernier village avant la dure montée de la Cordelle jusqu'au parvis de la Basilique, expérience quasi initiatique. Notre but est atteint, et comme par enchantement, la fatigue se dissipe !
Décidément... ce lieu est vraiment magique ! ■

Carnet pratique

undefined

Louer un âne
Âniers en Châtillonnais en partenariat avec Tussiliiq
21400 Chemin d'Aisey
Locations sur 5 ou 6 jours - Remise d’un topo-guide
Transfert de gare à gare
Contact : aniers21@orange.fr - www.aniers-en-chatillonnais

Hébergements
Camping municipal de Montbard
Centre Ste Catherine Labouré (Fain-lès-Moutiers)
Les Roulottes de la Gare (Guillon)
Gîte d'étape communal (Guillon)
Camping d'Avallon

Pour vous y rendre
Gare TGV de Montbard (21)
Gare de Sermizelles (89)

Mots clés Bourgogne Vézelay âniers en Chatillonnais Compostelle randonnée Fontenay