Mener à une seule main

Les Cahiers de l'Âne • 01/10/2016


Mener à une seule main

À moins de travailler au cordeau, avec une seule corde, le meneur se trouve normalement « encombré » de deux guides. Or un certain nombre de travaux ou de manœuvres nécessitent d’avoir une main libre.

TEXTE : JEAN-FRANÇOIS COTTRANT - PHOTOS : ARMELLE COTTRANT-MÉNAGER

Nombreux sont les cas où mener à une main est plus judicieux.

Citons les plus fréquents :

  • pour tourner tout en tenant le palonnier ;
  • pour éviter d’avoir les guides autour du corps, cette situation peut se révéler dangereuse en cas d'emballement ;
  • pour moins se fatiguer en laissant une de nos mains se reposer ;
  • en cas de nécessité absolue où la sécurité peut être en cause ;
  • pour transporter un outil avec l’autre main ;
  • en voiture pour serrer la mécanique ;
  • en débardage pour éviter ou pousser des branches sur son parcours…

Tenue des guides

Pour bien mener et être précis avec une seule main, il faudra un minimum de technique et maîtriser la tenue classique des guides de la méthode Achenbach. Dans la main gauche, la guide gauche sort de la main (vers la bouche) entre le pouce et l'index, alors que la droite sort entre le majeur et l'annulaire. C'est cette différence de deux doigts que l'on va utiliser pour tourner.

undefined

Le plus souvent, on utilise la main gauche, pour avoir la main droite libre. On garde les principes de base, l'âne est « en avant », en contact avec la main, et surtout les guides ajustées.

Le placement et le déplacement du meneur sont cohérents avec les ordres. Ils sont renforcés par la voix.

Tourner à gauche

Pour tourner à gauche, il faut tendre la guide gauche par une rotation horaire du poignet, la guide gauche est alors tendue tandis que la guide droite est légèrement détendue. Il suffit donc, avec des guides bien ajustées, de regarder sa montre située au-dessus du poignet avec l'axe de la main parallèle au corps.

undefined

Cette manipulation peut être renforcée en s'aidant de l'index qui appuie alors sur la guide gauche. Ceci a un intérêt pour tourner court, par exemple pour faire demi-tour en bout de rang.

undefined

Tourner à droite

Pour tourner à droite, il faut tendre la guide droite par une rotation du poignet dans le sens trigonométrique. La guide droite est alors en tension alors que la guide gauche est lâche.

undefined

Pour tourner à droite, il suffit donc de regarder sa montre située au-dessous du poignet avec l'axe de la main parallèle au corps. Ici encore, l'aide de l'index peut renforcer l'action et peut être utile pour tourner court.

undefined

Si la technique paraît, comme bien souvent, assez simple, le menage à une main est délicat et nécessite une excellente sensibilité des guides et un ajustement parfait. Ceci est particulièrement vrai en fin de virage où la reprise de guides, celle qui indique la direction finale, doit être faite en sens inverse avec un ordre ferme en contact avec la bouche. Le risque est toujours de partir en zig-zag après le virage ! ■

Mots clés tenue des guides Jean-François Cottrant mener traction animale Ânes du Gîte Achenbach