L'Âne Corse, mythe ou réalité ?

Les Cahiers de l'Âne • 01/12/2016


L'Âne Corse, mythe ou réalité ?

La race asine corse pourra prétendre à une réelle identité lorsqu’elle alignera une population d’une importance numérique significative, d’un type caractérisé et original, avec des mensurations homogènes. C’est cette population qui dictera en quelque sorte un éventuel standard. État des lieux.

TEXTE - PHOTOS & DOCUMENTS : OLIVIER COURTHIADE

Le bureau d’étude « Équilibre Consultant » animé par M. Bruno Pourchet, officier des Haras en retraite, travaille sur le sujet. Nul n’ignore la ténacité et l’engagement de cet homme auquel on doit notamment le célèbre raid de « La Route du Poisson » destiné à ressusciter la race chevaline boulonnaise ainsi qu’à mettre en valeur l’aptitude à l’attelage de l’ensemble des races de traits. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il a aussi porté sur les fonts baptismaux la race chevaline corse dont il a défendu avec succès le dossier de reconnaissance lors de son dernier poste de directeur du Haras National d’Uzès.

C’est donc tout naturellement que le Conseil du Cheval en Corse s’est adressé à son bureau d’étude pour traiter le dossier asin.
Me connaissant depuis la fin des années 1980 lors de son premier poste de directeur de Haras au Dépôt d’étalons de Compiègne, Bruno Pourchet m’a demandé de l’accompagner comme expert, eu égard à mon ancienne fonction de Chargé de mission de la Fédération Nationale Asine et Mulassière (FNAM).

Prudence

J’avoue avoir été un peu circonspect au début de la mission car une précédente expédition en Corse consacrée au mulet ne m’avait pas permis d’isoler une population asine autochtone. La diversité de tailles, robes et modèles observés n’était pas de nature à convaincre.

undefined

Pas davantage convaincantes les conclusions de la précédente mission menée en 2013 par Rémi Aujerac, ingénieur agricole (Purpan), animateur du Conseil des équidés du Languedoc-Roussillon, aujourd’hui décédé, et Yves Richardier, un vieil ami spécialiste du Pur-Sang Arabe d’endurance*. Cette mission avait retenu a priori un standard de taille, robe et conformation pour la race et se donnait comme objectif de recenser les animaux conformes.
*Note de l’éditeur : le cheval de légende Persik… c’est lui !

La démarche technique que nous avons proposée à M. Dominique Sbraggia, président du Conseil du Cheval en Corse, est de toute autre nature ; elle part de la logique inverse pouvant être ainsi résumée : la race asine corse pourra prétendre à une réelle identité lorsqu’elle alignera une population d’une importance numérique significative, d’un type caractérisé et original, avec des mensurations homogènes. C’est cette population qui dictera en quelque sorte un éventuel standard. Il ne s’agit pas de définir arbitrairement une description et de faire rentrer « de force » les animaux dans des normes artificielles.

Pour pouvoir lire la suite:
Mots clés âne reconnaissance race corse